Flexitarisme ? Pourquoi du comment et définition.


flexitarisme / jeudi, juin 7th, 2018

Pour moi c’est avant tout un plan de lutte contre le terrrisme alimentaire que j’ai dénoncé precedemment suite visionnement de WHAT THE HEALTH et à la leçon que j’en avais tirée.

voici concrètement les leçons que j’en tire près d’un an après.

Je suis passé par plusieurs phases.

La première fut radicale, j’étais dégoutée de la viande, du lait de vache, des produits industrialisés et des FAST FOOD.

La démarche étant aussi consciencieusement contre le lobbying des grandes marques et des industries , anticapitaliste-ment bobo, rebelle dans l’âme et dans le porte feuille contre cette société de consommation qui m’oblige encore et toujours dans l’illusion du choix.

En une heure et demie j’ai arrêté d’aller au mac do fois par semaines et au kebab une fois par semaine mais le plus dur fut sans doute d’arrêter d’aller au Burger King quand ils commençaient à en ouvrir partout.

Heureusement c’était l’été et il faisait bon trainer dehors car mes courses sont devenues un vrai marathon militaire Parce que oui autant je suis plutôt je m’en-foutiste autant quand il s’agit de ma maison et de ma fille j’aime que tout soit carré sauf mon chambre mais c’est parce que j’y tourne en rond)

Il me fallait anticiper tous les repas de la semaine à partir de fruits et légumes frais, propres et sainement cultivés, pas très loin pour être sur de la main à la main idéalement bref au marché quoi, et également pour y acheter du poisson car plus question de viande.

Ensuite je vais au magasin bio et j’achète de la crème de soja pour remplacer la crème fraiche, des pâtes à la farine d’épeautre, du pain complet ,des gâteaux en fonction de ce qu’il y a à la farine complète également, aussi du lait d’amande ou de noisette ( non c’est bon quoi je vais pas vous mettre le lien).

Le défi supplémentaire dans mon cas étant de prendre du poids et de surtout ne pas en perdre. C’est surtout pour ça que j’enchainais les egg&cheese muffins et les tacos.

Défi assez personnel et rarement partagé mais c’est le mien. Il me fallait donc conserver voir augmenter mon apport en protéines et mon apport en graisse et mon apport en nourriture tout court en fait.

Pour ça je carbure au milk-shake à la protéine de petit-lait, aux protéines de soja déshydratés avec lesquels je fais une genre de bolognaise végétarienne. Beaucoup d’huile, de l’huile de coco encore et toujours, du beurre et sucre.

Pour tout vous dire, c’est un budget et une organisation de ouf, l’organisation plus que le budget. Car qui dit plus de produit transformé dit trois heures en cuisine.

J’ai fini par y prendre goût, j’ai quelques recettes qui ont eut du succès et je l’ai fait tant que ça m’amusait et c’est un truc à faire avec ses enfants de leur transmettre l’amour de la bonne cuisine au sens propre du terme.

Pour ne pas priver ma fille j’achète quelques gâteaux de marque super connues et super sucrées, du jambon et des knackies parce qu’elle est encore plus mignonne que la petite dans la pub. Aussi des yaourts et du lait adapté à son âge évidemment et du Nutella pour nous deux car je n’arrive pas à culpabiliser pour çà.

J’ai faillit vous mettre le lien.

J’achète aussi du jus de préférence bio, 100% pas de concentré j’ai une préférence pour le jus de pomme 100% de marque distributeur ,je les ai tous testé ils sont tous top même ma fille adore.

Et puis finalement je ne voulais pas me priver non plus alors j’ai multiplier les écarts, je suis entrée dans la phase deux.

Un egg&cheese par ci, un tacos par là, quelques pizzas, et puis des brochettes de poulet grillées au barbecue par fred pizza à St Paul à la réunion. Pas de porc, il me reste des principes.

Je suis devenue Flexitarienne.

J’ai aussi recommencé les Panzani parce que c’est la meilleure marque de pâte au monde et croyez moi je suis une experte et toujours pas sponsorisé même si j’aimerais bien depuis qu’ils font la gamme blé et céréales.

Je m’autorise tout, toujours parce que je veux grossir et que de manière générale je n’aime pas résister aux tentations. Des restos et des tartares maximum une fois par mois, du poulet tous les dimanches et je fume et je bois et le pire c’est que je m’autorise peu de sport par peur de perdre du poids.

Hypocrite vous dîtes ?

Vous dîtes ce que vous voulez, mon but étant de manger proprement et vivre sainement mais absolument pas d’être parfaite. Il faut que ça m’amuse que je m’épanouisse dans ce que je mange et l’essentiel étant que ça ne devienne pas une corvée.

Je ne suie pas de recette, ni de régime je fais des potions magiques et des tableaux culinaires.

J’aime quand c’est beau et bio, même si des plus rare fois ça ne l’est pas du tout.

Je surveille les étiquettes, la provenance des produits, leurs valeurs nutritionnelles et apports caloriques, je boycotte certaine marque et favorise le commerce de proximité quitte à y mettre le prix.

Je suis persuadée qu’il existe dans la nature de quoi nourrir notre corps et nos papilles de manière saine et ludique. J’en constate les bienfaits tous les jours sur ma peau, mes ongles, mes cheveux, mes humeurs, mon transit, et évidemment mon corps.

Toujours pas parfaite, ni en quête de perfection je demeure adepte du naturel et du s’aimer tel que l’on est, c’est surtout ça le message. Le naturel jusque dans l’assiette.

M***j’en ai des slogans de M***

A suivre mon énorme coup de cœur pour la sauge et la curcuma dans la partie 3 de cette lutte contre le terrorisme alimentaire,

A vous les studios !

Biz

Bob.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.