Partir en croisière quand tu es jeune et pauvre…est ce que la croisière s’amuse vraiment ?


Voyage / samedi, novembre 18th, 2017

Or a Jack on Titanic experience.

Dans Titanic je me souviens que JACK par le hasard d’un jeu de poker gagne son allé sans retour vers le pays de la Reine de la neige, moi j’ai payé cher pour me prendre pour ROSE et je n’étais que JACK surclassé et détonante au milieu des dorures et autres luxeries.
BREF,la croisière c’est un concept, social avant tout et il faut le vivre pour le comprendre, moi qui n’avais jamais été plus loin que le générique de la croisière s’amuse.

Dans mon salon sur mon PC, j’ai vu ROME et BARCELONE et le confort d’un voyage tout organisé plus sécurisant et confortable pour la jeune maman fraîchement célibataire et moins fraîche qu’à l’époque de mon dernier célibat.

Je vous passe le périple avec ma poussette et ma valise pleines de baskets, c’était long et compliqué mais excitant encore plus à l’arrivée à NICE où je suis littéralement tombé amoureuse de cette ville même plongée dans le noir à minuit moins cinq

Mes rays-ban sur le nez je vois la vie en rose comme une gamine à Disney Land me disait ma pote avec son air blazé de la life.

Moi j’étais euphorique.

Le lendemain à midi, on a rendez devant la gare de Nice où nous attends une hôtesse avec sa pancarte COSTA et son foulard en soie nouée autour du cou.

Une vieille botoxée et trop habillée et son petit fils sont déjà là et je ne sais pas si c’est juste une Niçoise comme une autre ou alors une croisiériste landba façonnée par COSTA. C’était surement un peu des deux et je commençais à décomplexer d’avoir autant de préjugés sur les croisiéristes et les Niçois quand s’est pointé une petite famille en VANS.

J’ai donc rangé mon préjugés dans le coffre avec ma valise et ma poussette et je suis montée dans ce bus directement SAVONA.

Mon amour pour Nice et la Provence grandi au fils des paysages défilant derrière la vitre du car et je ne savais pas encore que j’allais m’habituer à aimer les choses derrière la vitre d’un car.

LE COSTA FAVOLOSA nous attends et son personnel tiré à quatres épingles, je fais passer un joint de beuh à la douane et un HOP on nous mets une casquette devant un faux gouvernail 3-2-1 COSTA…. ( non j’ai pas pris la photo !!)

La photo coûtera 20 balles à récupérer à la boutique photo dès le lendemain et là tu comprends que tu n’a pas fini de payer mais déjà tu ne sais pas par où commencer.

20171103_203702
le fric c’est chic au Casino du pont 10

Tu slalommes entre les fausses marbures et les fausses dorures et cette étalage du luxe pour retrouver ta cabine et le luxe s’arrête à la porte. Concrètement 12 étages et comprenez que le luxe y va par ordre croissant et nous au 9, on a un balcon.

La cabine demandée pour 2 adultes et un enfant se résume à 2 petits lits de 90 cm mis côte à côte et un canapé lit subtilement mis en lit avant notre arrivée. Clairement mal agencée et anxiogène, à croire que tout est fait pour qu’on sorte consommer.

Le balcon révélera plus tard sa magnificence au détour d’un couché de soleil ou juste du bruit des vagues et la mer à perte de vue, parfois la sardaigne sur la droite et la Corse sur la gauche alors qu’à la base on avait juste peur de se découvrir claustrophobe.

20171102_072810.jpg

J’étais aussi nauphragophobe, parce que clairement avec la veine que j’ai: si y a une galère c’est forcément pour ma tronche. J’étais partagée entre la peur de couler comme la Costa Concordia et rassurée de me dire que ce genre de trucs ça n’arrive qu’une bien une fois tout les dix ans et qu’ils ont du redoublés d’effort niveau sécu depuis.

Je crois que le côté rassurant l’a emporté parce qu’on a raté l’exercice d’évacuation trop occupée à tester le forfait boisson à volonté dans tous les bars du navire, et ça des bars y’en avait. C’était un peu notre étape relais dans l’exploration du navire, le point de repère étant le grand barre du pont 3. Déjà j’ai mis 3 heures à comprendre que pont ca veut juste dire étage et qu’il n’y a pas forcément de pont.

Snapchat-2046114289.jpg

Je ne sais pas combien il y avait de bar entre la cabine et le resto mais ca pris toute son importance quand nous nous sommes pointés à 19h15 à notre table avec nos habits du jour alors quand tout le monde en robe de gala était pile à l’heure pour le service de 18h45.

Avec COSTA l’heure c’est l’heure.

Les jours suivants on a failli ne pas manger après de longue négociation avec le maître d’hotel ANTONIO qui tiré à quatre épingles dans son petit costume de pingouin ne rigole pas avec les horaires et nous a d’ailleurs servi comme des merdes après nous avoir accepter à contre coeur au service de 21H45 ( oui nous étions très en retard !!)

Enfin je dis servis comme des merdes parce que quand t’arrives à l’heure à ta table et bah les gens sont vraiment à ton service. Vin blanc ou rouge ? Te propose la serveuse qui te mets la serviette sur le genoux. A la fin elle me servait mon vin blanc sans demander, SONIA un amour. Et le serveur de derrière qui a craqué sur les cheveux de ma fille et qui nous faisait passé des griboullage/caricature/ croquis qu’il a fini par nous signer CESAR et vraiment ya un truc dans ses dessins qui vont finir accrocher dans mon salon.

A côté du service irreprochable, je me suis habituée au repas gastro : 1 entrées 2 plats 1 desert et je suis sure qu’on aurait pu en prendre 3 qu’elle aurait pas compter SONIA.

Le premier soir j’ai pris des pates bolos à côté du flan aux épinards au cas où et puis parce que j’avais peur d’avoir faim et de ce côté là effectivement quand il te disent  » aux amendes grillés  » ils une amende mais faut voir comment elle est grillée…

20171101_201433

Snapchat-1381836079

20171101_202250

Snapchat-1726720984

LA BOUFFE BY COSTA

Bref la bouffe au top, et après chaque repas un spectacle qu’on ratait aussi mais on a surpris un bout de pianiste et un autre bout d’un genre d’Holiday on ice. Aussi et je crois que finalement c’était un pur hasard mais j’ai voyagé avec le sosie de Johnny et de Mike Brandt qui a priori n’était pas la pour faire le show sauf quand j’ai recroisé Mike Brandt en boite, entre lui et Peppa Pig je peux vous dire qu’il y avait du beau monde à la discoteca de l’étoile dont 2 gamins 8 et 10 ans pas loin de la moyenne d’age en fait qui vers 3heures du matins devrait froler les 16 ans et demi.

Mais le premier soir je ne savais rien de l’ambiance Costa quand je suis descendue me chercher un verre d’eau démaquillée avec mes chaussons, ma fille en pijama dans les bras avec son imper pour ne pas qu’elle ai froid. Elle n’a pas eu froid car elle a dancé jusqu’au bout de la nuit pendant que maman s’enfilait des kiwi-colada. La chanteuse au top ,classe, petite voix raque ambiance jazzy et festive en moyen comité, amusé de nous voir si amusées et en pyjamas, ca faisait un peu touriste au milieu des touristes.

Alors c’est vrai qu’il n’y avait pas que des vieux botoxé genre la croisière s’amuse mais pas loin. Ca reste quand même un délire un peu à part, dans lequel il faut faire l’effort de plonger, surtout pas au sens propre hein, mais il y a de quoi se faire des souvenirs pour la vie entière.

Déjà parce que c’est à des années lumières de mes ambiances habituelles où l’on s’entassait à 15 dans une chambre de formule 1, et justement parce qu’à travers cette petite expérience luxurieusement maritime je suis sortie de ma zone de confort. Enfin j’ai fleurté dangeureusement avec les limites de ma zone de confort. Ironiquement j’en serai sorti si je n’avais pas choisi de me réfugier dans la zone COSTA mais la ZONE COSTA c’est tellement pas moi que ça m’a aidé à me rapprocher de moi.

Voyez ou voyez pas ?

Grosse introspection au milieu de la foule parce qu’il est important de savoir qui l’on est puis conclusion évidente qu’en vacances on est qui on veut et en rentrant on est soit-même avec des souvenirs de vacances merveilleux.

Conclusion parce qu’il est toujours important de tirer des leçons de chacune de nos actions, je dirais que celle-ci fut l’occasion de me confronter à un autre univers et finalement à moi-même et qu’en définitive il me faudra arrêter de faire l’anti-sociale car on ne se définit que par son rapport aux autres et la traces que l’on laisse après son passage.

En rentrant j’ai regardé: « ECRIRE POUR EXISTER », et j’espère que je laisserai meilleur trace que ce blog ou pas…J’ai à coeur de laisser ma trace autre qu’un épitaphe sur une tombe oubliée et dire que je connais des morts qui n’ont même pas de tombe. Sont-ils plus morts ou plus vivants ?

Je vous laisse y réfléchir,

Biz BoB

Snapchat-2046114289.jpg

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.