WHAT THE HEALTH ? le docu Netflix qui dénonce les dangers de notre alimentation

Je me moquais d’une amie qui est végétarienne depuis que c’est à la mode qui manquait d’arguments quand je lui ai demandé pourquoi ? Au lieu de ça elle m’a envoyé sur NETFLIX et comme je suis personne plutôt ouverte d’esprit et curieuse du monde ( oui je suis tout ça !) on a regardé WHAT THE HEALTH ? 

WHAT THE HEALT

Documentaire netflix sur les dangers de l’alimentation qu’on nous propose.

Bon concrètement je voulais me foutre un peu plus de sa tronche et je me serai fait un plaisir de démonter les arguments de bobo sans gluten qui font leur courses rayon gourmet de chez Monop’ mais je n’en ai pas eu l’occasion.

 

Je dois m’expliquer un peu sur ce rapport à la nourriture quand j’ai une carte de fidélité chez mac’do : Outre le fait que mon poids ne me convienne pas et que je n’arrive pas à en changer quand tout le monde se plaint de ne pas pouvoir maigrir je n’arrive pas à faire l’inverse car j’ai été traumatisé par la phase végétalienne de ma mère quand ce n’était pas à la mode: j’ai été parmi les première à bouffer de l’alfa-fa et arrêter le mac’do puis adolescence rebelle ne voulait plus s’embarrasser des règles : JE MANGE CE QUE JE VEUX QUAND JE VEUX.

Mais traumatisé par l’alfa-fa la vérité c’est que même en mangeant mal je ne mangerais jamais aussi mal que les gens qui mangent mal j’appellerai ça l’éducation alimentaire.

Voici donc mon état d’esprit quand j’ai tendu l’oreille à Kip un hippie hypocondriaque qui ,désireux de manger sainement ,s’est poser l’unique question qui compte :

Qu’est ce qui est bon pour notre corps  ?

Kip nous rappelle  Hippocrate  : «  que ta nourriture soit ta médecine et ta médecine ta nourriture » 

La démarche m’a plu d’emblée parce que KIP ne voulait se débarrasser de ses poignets d’amour ni suivre une tendance à la mode, peut-être un peu créer le buzz mais surtout préserver son état de santé. J’arrive à un âge où je mets de la crème anti-rides, je viens d’avoir un enfant et beaucoup des gens que j’aime sont morts autrement dit j’ai à cœur de mourir tard et de vivre bien, parce que soyons clair j’ai plus 20 ans !

J’ai écouté  KIP quand ma copine disait : » là, là écoutes! il va un dire un truc de ouf… » et bien j’en ai entendu des trucs de oufs.

Vous ne savez pas comment je l’ai engueulé la copine , d’avoir mis KIP dans ma vie parce que KIP c’est clairement le genre de mec qui bouleverse ta routine.

La problématique était pourtant simple : établir un lien de causalité entre le régime alimentaire et l’état de santé dégénérant des 7 milliards d’être humains.

Pour cela on part d’un simple constat incontestable :

315 millions de diabétiques génèrent 1/3 des dépenses en matière de santé, Un autre 300 000  meurt de maladies cardio-vasculaires et je vous le traduit en chiffre pour vous faire peur :

C’est comme 4 avions qui s’écrasent toutes les heures. Imaginez 4, 11 Septembre en 1 heure ? Même l’état islamique ne fait pas mieux. J’appelle ça du terrorisme alimentaire.

Alors Kip qui est d’accord avec ma théorie, va tenter d’établir un lien de causalité entre le régime alimentaire et l’état de santé dégénérant des 7 milliards d’être humains.

DOES OBAMACARE ?

Le constat est fait aux USA mais s’applique à tous pays développés ( sur-développés ? Je m’explique plus loin).

A qui cela nuit-il ? a qui cela profit-il ? Peut-on enrayer cette pandémie ? Cela s’arrête-il au diabète ? Pourquoi je vais toujours aussi loin ?

Et très vite on établie que  : La viande rouge et autres viandes industrialisées sont cancérigènes, comparables et comparées à la cigarette.

Concrètement quand 500g de ce types de viandes par jour augmente de 18% les risques de cancer colo-rectal on en concluera que ce n’est ni bon à manger ni bon à chier.

Alors pourquoi ce boom n’a pas fait boom dans l’industrie alimentaire, pourquoi American society of cancer continue-t-elle de recommander des recettes à base de bacon et autres joyeusetés ? Ils refuseront de répondre à KIP.

Alors KIP a demandé au Dr Alan Golhamer fondateur du TRUE NORTH HEALTH CENTER qui n’a pas peur de dire que la cascade épidémiques des maladies débilitantes telle que : le cancer, l’arthrite,la défaillance cardiaque, la démence, l’hypertension,l’obésité comme 70 % des morts par maladies sont due à l’alimentation.

LA VIANDE LE POISSON LES PRODUITS LAITIERS LES OEUFS

  • la viande est remplie d’acides saturées, d’amines hétérocycles, de bactéries, d’hormones,d’antibiotiques, toutes ces conneries qui provoque d’autre conneries une fois ingérées par l’homme. La viande est entendue au sens large : industrialisées, la pire de par les conditions de production et d’abattages, rouges, et blanches.
  • Le poisson est lui remplie de mercure de BCP de cholestérol et graisse saturée et oubliant tout ce qu’on y déverse… La mer c’est dégueulasse, les poissons baisent dedans. 3000 personnes meurt encore de la salmonellose.
  • Le lait aussi fort que je l’ai toujours défendu contient 26g de caséin, une protéine de croissance quand le lait humain n’en contient que 2,6g par litre. Plus généralement les produits laitiers se transforme en morphine addictive causant autisme et surhormhomme. ( homme avec trop d’hormones !) Fromage, yaourt et produits laitiers ne protègent d’ailleurs pas les os !

De façon tristement général les protéines animales sont nuisibles pour l’homme car en plus de ne pas fournir les nutriments nécessaires elles bouchent les artères et endommages les organes tel que le foie, le colon, la prostate.

Pourquoi ?

Parce que nous ne sommes pas omnivore et c’est le plus gros choc de ce documentaire ! Nos canines sont trop courtes, notre intestin trop longs si bien que la viande a le temps de pourrir avant digestion ! Nous sommes frugivore !

La viande est un luxe

Dira un habitant de Duplin, petite ville de Caroline du Nord peuplée majoritairement de noirs et hispanics mais aussi de porcs. Bizarrement les deux meurs impuissant, un seul fait le bonheur de son propriétaire et personne là-ba ne mange du porc sauf peut-être les porc eux-même.

Ces maladies modernes étant le résultats d’une suralimentation moderne quand on son sait que la faim dans le monde est la grande des épidémies.

Ca donne à réfléchir et Kip est du genre à pousser la réflexion alors il s’est demandé pourquoi les grands médecins des grandes assos de luttes contres les plus grandes maladies recommandaient-ils une telle alimentation et refusait en plus de s’en expliquer.

Alors Kip a mis en évidence l’un des plus grands complots de l’histoire:

le marketing alimentaire poussant à la surconsommation en passant par l’adoration des corps gros et trop nourris, le sucre et la viande régnant en maître dans nos vies cachés derrière des régimes protéinés pour faire beau à la salle de sport.

Mais heureusement pour l’agriculture tout le monde ne jure que par la protéine animale parce que c’est ce qu’on nous vend de mieux quand KFC achète le président de la ligue contre le cancer après avoir créer des poulets transgéniques pour plus de

L’argent est au cœur de tout je n’ai pas attendu KIP pour me le dire mais je prenais conscience de l’ampleur de la manipulation. Putain de société de consommation crie la bobo en moi ! Vous riez, mais c’est trop ça !

Mars, Kellogs, Dominos, Yoplait pour ne citer que les plus connu se payent une bonne conscience auprès de médecins corrompu sous le nez d’un gouvernement encore plus corrompu et lobbyiste qui crée des lois cheeseburger.

Loi cheeseburger : loi interdisant à tous citoyens d’arguer contre toutes industries alimentaires ou distributeur ou revendeur de l’avoir rendu obèse ou d’avoir causer toute maladie en lieu avec l’obésité.

A la suite de ces maladies provoquées par l’industrie alimentaire, l’industrie pharmaceutique viendra vendre de la vie en petite pilule à prendre toutes les dix minutes jusqu’à que s’en crève le petit consommateur ou  ou CON so Matterless !

Le Doc s’achève sur Amy Resnic 51 ans, asthmatique, ex mal-bouffeuse obèse au problème de hanche qui arrête ses milliards de médocs pour se consacrer à un régime végétalien. Cela lui prendra deux semaines pour prouver à quel point nous sommes aveugles et sourds à la manipulation de masse.

Bien sûr j’ai songé à devenir végétalienne sur le champs et blogger sur le sans-glutten mais je suis têtue. Après nous avoir fait bouffer de la viande et boire du lait ( oui la brique servie à 10H rappeler vous !) ils veulent qu’on se mettent aux légumes.

Je ne sais plus à quel SAIN me vouer !

Les arguments ont sans nul doute suffit à réduire ma consommation de viande et reconsidérer le chantage des marques et bien que j’ai peur de ne jamais retrouver mes kilos perdus j’aime à penser que retrouver une santé c’est déjà pas mal. J’avoue que Je me cherche un peu niveau alimentaire et j’ai besoin de me cultiver avant de me prononcer mais je recommande ce documentaire et 5 fruits et légumes par jour.

Non vraiment j’avais testé durant ma grossesse et je rayonnais comme un soleil ,des cheveux aux ongles de pieds !

Conclusion qui n’a rien à voir :

« La culture de l’être plutôt que la culture de l’avoir  » comme l’a dit Géraldine Maillet grande philosophe de TPMP sans retomber dans mes travers anti-capitalistes de bobo des quartiers tout court.

Biz BOB

Soigner son alimentation en douceur :  » je suis flexitarienne »

flexitarisme : le pourquoi du comment.

Pour moi c’est avant tout un plan de lutte contre le terrrisme alimentaire que j’ai dénoncé precedemment suite visionnement de WHAT THE HEALTH et à la leçon que j’en avais tirée.

Voici concrètement les leçons que j’en tire bientôt un an après.

Je suis passé par plusieurs phases.

La première fut radicale, j’étais dégoutée de la viande, du lait de vache, des produits industrialisés, des FAST FOOD, etc…

En une heure et demie j’ai arrêté d’aller au mac do fois par semaines et au kebab une fois par semaine mais le plus dur fut sans doute d’arrêter d’aller au Burger King quand ils commençaient à en ouvrir partout.

La démarche étant aussi consciencieusement contre le lobbying des grandes marques et des industries , anticapitaliste-ment bobo, rebelle dans l’âme et dans le porte feuille contre cette société de consommation qui m’oblige encore et toujours dans l’illusion du choix.

Heuu okk mais alors qu’est qu’on mange ?

Heureusement c’était l’été et il faisait bon trainer dehors car mes courses sont devenues un vrai parcours du combattant.

Le Pèlerinage du bon consommateur :

Parce que oui autant je suis plutôt je m’en-foutiste autant quand il s’agit de ma maison autant quand il s’agit de ma fille j’aime que tout soit carré surtout pas ma chambre mais c’est parce que j’y tourne en rond.

Pour tout vous dire : c’est un budget et une organisation de ouf, l’organisation plus que le budget. Car qui dit plus de produit transformé dit trois heures en cuisine.

J’ai fini par y prendre goût, j’ai quelques recettes qui ont eut du succès et je l’ai fait tant que ça m’amusait et c’est un truc à faire avec ses enfants de leur transmettre l’amour de la bonne cuisine au sens propre du terme.

1. Le Marché

Il me fallait anticiper tous les repas de la semaine à partir de fruits et légumes frais et de saisons, propres et sainement cultivés, pas très loin pour être sur ,de la main à la main idéalement bref au marché quoi. Et également pour y acheter du poisson car plus question de viandes mais pas encore de vétarisme.

2. L’épicerie bio et j’achète :

  • de la crème de soja pour remplacer la crème fraiche,
  • des pâtes à la farine d’épeautre ou mélanges de céréales pour remplacer le riz et les féculents en général ,
  • du pain complet ,des gâteaux en fonction de ce qu’il y a à la farine complète également, aussi du lait d’amande ou de noisette ( non c’est bon quoi je vais pas vous mettre le lien).
  • Des subsistuts de viandes ou des protéines sous n’importe quelle drôle de forme elles sont généralement proposés mais il faut que ce soit plus drôle que les packaging sympas qu’on trouve en grande surface. Bah oui c’est à la mode.
  • En bref : la base d’à peu près tous les repas mais en vegan. Je prends le minimum pour éviter le gaspillage et maîtriser les menus. J’évite aussi de prendre ce que je peux trouver en grande surface parce qu’on va pas se mentir c’est beaucoup moins chèr !

Dans tous les cas il est primordial de conserver un apport en protéines suffisant.

  • les protéines végétales comme le petit lait ou la spiruline
  • Les protéines de soja déshydratés avec lesquels je fais une genre de bolognaise végétarienne.
  • Du soja sous toutes ses formes
  • Le lait, la crème et l’huile de coco .

    God bless l’huile de coco pour les cheveux, le corps, la cuisine.

3. Le supermarché :

Pour ne pas priver ma fille j’achète quelques gâteaux de marque super connues et super sucrées, du jambon et des knackies parce qu’elle est encore plus mignonne que la petite dans la pub. Aussi des yaourts, du fromage et du lait adapté à son âge évidemment et … du Nutella pour nous deux car je n’arrive pas à culpabiliser pour çà. Tellement que j’ai faillit te mettre le lien.

Je recherche encore le parfait subsistuts au Nutella.

J’achète aussi du jus de préférence bio, 100% pas de concentré j’ai une préférence pour le jus de pomme 100% de marque distributeur ,je les ai tous testé ils sont tous au top, même ma fille adore.

Et puis finalement je ne voulais pas me priver non plus alors j’ai multiplier les écarts, je suis entrée dans la phase deux.

Un egg&cheese par ci, un tacos par là, quelques pizzas, et puis des brochettes de poulet grillées au barbecue par fred pizza à St Paul à la réunion. Pas de porc, il me reste des principes.

Je suis devenue Flexitarienne.

J’ai aussi recommencé les Panzani parce que c’est la meilleure marque de pâte au monde et croyez moi je suis une experte et toujours pas sponsorisé même si j’aimerais bien depuis qu’ils font la gamme blé et céréales.

Je m’autorise tout.

Déjà parce que je voudrais bien prendre un peu peu de poids mais surtout parce de manière générale je n’aime pas résister aux tentations.

Des restos et des tartares maximum une fois par mois, du poulet tous les dimanches et je fume et je bois et le pire c’est que je m’autorise peu de sport par peur de perdre du poids.

Mon but étant de manger proprement et vivre sainement mais absolument pas d’être parfaite.

Il faut que ça m’amuse que je m’épanouisse dans ce que je mange et l’essentiel étant que ça ne devienne pas une corvée.

Je ne suie pas de recette, ni de régime je fais des potions magiques et des tableaux culinaires.

J’aime quand c’est beau et bio, même si des plus rare fois ça ne l’est pas du tout.

Ce régime alimentaire est compatible avec n’importe quel objectif de prise ou de perte de poids. Et même pas d’objectif du tout …

C’est une prise de conscience.

Je surveille les étiquettes, la provenance des produits, leurs valeurs nutritionnelles et apports caloriques.

Je boycotte certaine marque, certains lobbys et favorise le commerce de proximité quitte à y mettre le prix.

Je suis persuadée qu’il existe dans la nature de quoi nourrir notre corps et nos papilles de manière saine et ludique. J’en constate les bienfaits tous les jours sur ma peau, mes ongles, mes cheveux, mes humeurs, mon transit, et évidemment mon corps.

Toujours pas parfaite, ni en quête de perfection je demeure adepte du naturel et du s’aimer tel que l’on est, c’est surtout ça le message. Le naturel jusque dans l’assiette.

M***j’en ai des slogans de M***

A suivre mon énorme coup de cœur pour la sauge et la curcuma dans la partie 3 de cette lutte contre le terrorisme alimentaire,

A vous les studios !

Biz

Bob.

Etre soi-même… en mieux.

Vous avez déjà du mal à supporter votre reflet dans le miroir tout les matins, vous apprenez à vivre avec cette tête, à cacher ce bouton, à retirer ce même poil sur le menton immanquablement tout les 2 jours, et personne ne sait sauf vous et le miroir de votre salle de Bain que vous êtes une femme à barbe.  

Et quelque part cela vous rassure de savoir que personne ne le sait, et ailleurs un peu plus au fond de vous-même vous aimeriez être aimé pour la femme à barbe que vous êtes.   

 

 

  Pourquoi ?Résultat de recherche d'images pour "conchita wurst"

Pourquoi laisser cette barbe définir ce que vous êtes ?

Pourquoi-même laisser les autres le faire ? 

Pourquoi je vous dit tout ca ?

 

 

 

 

Je rencontre une cliente pour lui remettre des articles ( j’ai l’impression d’être une dealeuse en disant cela mais ça fait parti de mes projets secrets  donc je vais me la jouer mystérieuse si vous permettez).

Bref échange de messages deux heures avant pour fixer le lieu de rendez-vous voilà tout le contact que j’ai avec cette personne et pourtant en arrivant sur place, je ne sais pas si c’est due à mon sourire sincère ou mon  » je te fais la bise » mais la personne me réponds :

 » En fait je ne m’appelle pas MACHINE ».

J’avais même pas regardé son prénom ‘ j’ai du  me créer une fausse identité car mon ex me harcèle et je viens d’avoir une petite fille avec un autre homme regarde » dit-elle en me tendant la photo de sa fille, 30 secondes après notre rencontre.

Un peu déstabilisée  mais touchée par la détresse de cette personne,  j’accepte quand elle me dit :

 » viens prendre un café, je vais t’expliquer »

Une histoire finalement très banale qui résonne avec ma propre situation, mais ça elle n’en saura rien, j’avais à peine de quoi me payer un café mais j’ai fait comme si je voulais me débarrasser de toutes mes petites pièces et au final je lui ai même mis quelques centimes qu’elle n’ai pas à casser son billet parce que pour le coup elle en avait vraiment un ,elle.    Mais elle n’a rien vu de tout ça, parce que rien dans mon discours ou mon apparence ne laisse penser que je pouvais moi aussi avoir des soucis. Je ne sais rien des projets ou  des ambitions de cette personne mais je connais tous ses soucis.

La conversation n’avait rien d’enrichissant ou  même d’intéressant c’était malaise TV en direct. C’était trop pour mon petit cœur d’hypersensible, en sortant de là j’étais vidée. J’avais plus la force de  rien je voulais rentrer dormir.

Devinez si je l’ai rappelé quand elle m’a dit : »on reste en contact « .

Evidemment qu’on en a tous, des bagages émotionnels mais de là à se présenter partout avec son bagage comme une carte d’identité… comment voulez-vous qu’on prenne la peine de vous connaitre si vous vous définissez déjà très bien tout seul par ce qu’il y a de pire en vous.

Votre grosse valise de charge émotionnelle vous coûterai un bras chez Air France si vous vouliez la mettre en soute.

Pourquoi donc désirez vous tant la mettre en soute bordel ?

Déposez vos bagages.  Vous ne savez rien de l’endroit où vous allez. Sauf si vous retournez dans un endroit que vous connaissez,  et si c’est TAHITI ca peut passer mais retourner dans le passé ca ne passe pas. Ca ne fait toujours pas avancé, même si la situation était confortable, les paysages, ou les gens sympathiques, même si  dans votre valise vous aviez cette fois tout ce qu’il fallait :si vous avez quitter cet endroit c’est que quelque chose en vous demandait plus, exigeait plus, de la vie, de vous-même.

Même si vous avez quitter cet endroit à contre cœur ou dans de mauvaises conditions, même si vous gardez des regrets et des remords, prenez le temps d’arranger ce qui peut être arranger, si vous avez fait du mal dîtes pardon car la culpabilité pèse lourd sur le cœur, mais une fois que c’est fait, avancer sans vous retourner.  Se fustiger, ressasser les erreurs passées tout comme les blessures n’a d’autres utilité que d’encombrer votre cœur et  ne laisse pas à la place à grand chose de nouveau.

A cœur léger rien d’impossible.

Pardonnez-vous vous erreurs et on vous pardonnera, oublier de mentionner vos erreurs  et vos défauts et vous verrez qu’on oubliera aussi de vous les rappeler.

Le monde extérieur ignore tout de votre monde intérieur sachez donc en montrer le meilleur,  pas par honte ou par hypocrisie mais parce qu’il est essentiel de voir le meilleur en vous-même. Et que finalement les gens verront ce qu’ils veulent voir, donc évidemment qu’ils finiront tout seul par vous trouver des défauts mais même là il ne faudra pas en tenir compte.

 

En conclusion sachez que vous restez une femme à barbe qu’à partir du moment où vous vous définissez comme-tel… j’ai dit femme à barbe mais j’aurais dire pu Beyonce, j’aurais pu tout dire, j’aurais pu tout faire, j’aurais pu tout être.

Je peux tout être, être ou ne pas être…depuis le temps qu’Hamlet vous le dit.